Les bienfaits de la méditation selon le neurologue belge Steven Laureys

Et si la méditation permettait de se sentir mieux ? C’est l’hypothèse posée par Steven Laureys, neurologue et professeur de clinique au département de neurologie du CHU de Liège. « Plutôt que de prendre des médicaments, des calmants ou de commencer à boire, c’est à travers le yoga que j’ai pu prendre conscience de cette petite voix intérieure », raconte sur le plateau du journal télévisé de 13h celui qui vient de publier un livre sur le sujet. Un entretien à découvrir en intégralité dans la vidéo ci-dessous.

Le médecin lauréat du prestigieux prix Francqui en 2017 l’assure : la méditation, « ce n’est pas quelque chose d’ésotérique, ça peut améliorer vos émotions, l’attention, et on le voit avec nos machines. […] On va le sentir subjectivement et les machines vont voir que notre cerveau, la matière grise, les connexions, le fonctionnement changent. Donc ça vaut la peine. »

Reste à trouver la méthode qui vous convient le mieux. Car définir la méditation, c’est comme essayer de définir « le sport », tempère Steven Laureys. Pour lui, cela peut commencer simplement par une attention portée à notre respiration. « Juste prendre une bonne inspiration permet de reconnecter. Focaliser sur sa respiration, c’est très simple et aussi puissant. On peut en avoir besoin dans un monde où on est sur-stimulé, stressé. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

26 bis avenue Emile Zola Prolongée 13850 Gréasque 0663128151 lechoixdeletre@gmail.com ASSOCIATION LOI 1901 - N° W131015655, SIRET 84919703300012 Conformément aux lois en vigueur, ces pratiques de soins, sont non conventionnelles, à visée thérapeutique (PNCAVT), et ne se substituent en aucun cas, à la médecine traditionnelle mais sont complémentaires.
%d blogueurs aiment cette page :